Fairphone 4, test photo

Aujourd’hui, je me concentre sur les capacités photo du Fairphone 4 dans le cadre du programme #TesteurSosh.

Pour rappel, il est doté d’un capteur principal de 48MPx qui par défaut produit des images de 12MPx et un grand-angle lui aussi de 48MPx mais verrouillé à 12MPx. Ce type de bridage du capteur photo était déjà présent sur le Fairphone 3+ qui lui aussi produisait des images de 12MPx avec un capteur de 48. Mais le plus gros problème du Fairphone 3+ n’était pas le capteur mais le logiciel. Je vous invite à lire mon article pour plus de détails mais j’ai contourné la faiblesse du logiciel fourni en installant une version bidouillée de l’app photo de Google (GCam).


Je ne saurais vous conseiller de le faire au quotidien, il s’agit d’une bidouille, ni plus ni moins, qui m’a permis d’arriver à la conclusion que la limite ne venait pas du capteur mais une telle application n’a aucune garantie de fonctionner correctement. Il est aussi impossible de savoir si elle n’est pas vérolée sans des compétences très poussées en rétro-ingénierie (que je n’ai pas). Pour l’installer, il faut aussi déverrouiller certaines options d’Android qu’il n’est pas recommandé de toucher. Si vous empruntez ce chemin, c’est à vos risques et périls.

Fin de l’aparté.


Revenons au sujet qui nous intéresse : que vaut le Fairphone 4 en matière de photo ?

Pour commencer, j’apprécie que par défaut l’appareil photo ne produise des images que de 12MPx, c’est largement suffisant pour 90% des usages potentiels. 48MPx ne sert pas à rien, mais presque ! Une photo de 12MPx en format 4/3 comme sur le Fairphone 4, c’est une image de 4000 points sur 3000. 3000 points, sur une bonne imprimante, en gros avec une définition de 300ppp (point par pouce), ça donne une impression dont le plus petit côté fait 10 pouces, soit 25,4cm. On est au dessus du A4 qui fait 21cm de côté. Si vous imprimez souvent en format A4, peut-être qu’un téléphone n’est pas le bon outil photographique pour votre usage.
Avec 48MPx, une photo imprimée à 300ppp fera environ 68x51cm ! C’est plus grand que du A2. Si vous en êtes là, sérieusement, investissez dans un vrai appareil photo.

Le seul intérêt d’un grand nombre de pixels sur un capteur aussi petit, à mon avis, c’est de compenser l’absence de zoom en recoupant violemment dans la masse de pixels pour re cadrer. C’est usage potentiel me parait assez anecdotique et le fait de pouvoir basculer ponctuellement en mode « plein de pixels » me parait y répondre parfaitement.

En attendant, à 12MPx la taille des fichiers est contenue, compter 3 à 4Mo par photo contre 10 à 15 à 48MPx. Même si la mémoire du Fairphone 4 est extensible, c’est tout de même agréable de ne pas saturer le téléphone ou mon offre de stockage dans le nuage pour des photos de chats que je n’imprimerai jamais.

Bon, passons aux exemples.

En extérieur, les résultats à 12MPx sont tout à fait satisfaisants et tout à fait au niveau du Fairphone 3+ avec Gcam ce qui est une nette progression entre les 2 générations.

Le passage à pleine résolution se fait au prix d’une énorme surexposition ! Je ne suis pas le seul testeur à avoir relevé le problème, il va falloir que le constructeur travaille sérieusement sur le sujet. En l’état, la pleine résolution n’est que très rarement utilisable car il n’y a aucun réglage manuel possible dans ce mode avec l’application appareil photo fournie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le module grand-angle permet de capturer un champ beaucoup plus large. Sympathique et pratique pour du paysage, il faut tout de même prendre garde aux déformations occasionnées. Peu gênantes pour des photos d’arbres qui paraissent juste pencher dangereusement, ces déformations occasionnent des ravages sur les humains à la périphérie de l’image. Ce problème n’est pas spécifique au Fairphone 4, cela-dit.

Le rendu du grand-angle est très agréable. Peut-être un peu moins détaillé que celui du capteur principal mais quand on ne peut pas reculer (dézoomer avec les pieds), ce module grand-angle est bien pratique.

Pour finir, une photo de ma trogne. Là encore, nette amélioration par rapport au Fairphone 3+ dont le rendu un peu vert était très peu flatteur. Ici le rendu est neutre et tout à fait acceptable, même à pleine résolution !

En conclusion, la partie photo n’est pas parfaite mais satisfaisante. Largement suffisante pour le commun des mortels. Les tatillons, comme moi, choisiront de toute façon un véritable appareil photo quand leur pratique requerra une qualité superlative. Pour les photos de tous les jours, enfants, balades, vacances, sans objectif de tirage papier, le Fairphone 4 remplit la mission allègrement. Au point que certains l’envisagent pour remplacer leur fragile Huawei P30 pourtant plébiscité pour sa partie photo.

A propos Namu

Geek, bidouilleur et photographe amateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.